Le gouvernement recule en matière de politique des transports

Le ''Schéma National des Infrastructures de Transport'' (SNIT) sera restructuré pour des raisons budgétaires
 
Ce mercredi 16 octobre, Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports, annonçait la fin du ''Schéma National des Infrastructures de Transport'' (SNIT) au profit d'un "Schéma National de Mobilité Durable".
Concrètement, il s'agit de revenir, pour des raisons budgétaires, sur des investissements qui avaient été promus et adoptés dans le cadre du Grenelle de l'environnement. 
 
L'enveloppe totale de 292 milliards d'euros* sur 25 ans se décomposait de la manière suivante : 
- Optimisation de l'existant : 104,9 milliards d'euros dont 63,9 % à destination du ferroviaire. 
- Développement de nouveaux réseaux : 140 milliards d'euros dont 90 % à destination du ferroviaire, du fluvial et du portuaire
- Soutien au transport collectif : 47 milliards d'euros
 
Même s'il était très peu question de vélo et de mobilités actives, le programme était tout de même alléchant. 
 
* 245 milliards selon le ministère, ce qui ne correspond pas aux chiffres avancés dans le document du SNIT. Voir à la p.68 du document téléchargeable à cette adresse : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Commission-SNIT-vers-un-nouveau.html